VALENCE, le 8 octobre 2020 ; des dirigeantes du Groupe Femmes de la Fédération du BTP Drôme-Ardèche ont participé  au module de formation « Dirigeants ». Dans les rangs, les visages s’interrogent : Déclic Addictions, c’est quoi ?

Proposée par la Fondation du BTP, cette action de sensibilisation et de formation vise à donner les clefs pour identifier, comprendre et réagir à un cas de consommation excessive de produits dits « psychoactifs » comme l’alcool, le tabac, les drogues, les médicaments psychotropes, etc., qui peut générer des situations de mise en en danger de soi-même, d’un salarié ou d’un collègue.

Point d’orgue du module « Dirigeants », l’intervention de la marraine de Déclic addictions, Laurence Cottet est toujours suivie avec attention… et émotion. « Le déclic, c’est la fraction de seconde à partir de laquelle on va se rendre compte qu’on a un problème avec un produit, explique-t-elle.

« Un moment dramatique qui m’a sauvée ».

Laurence COTTET, marraine de Déclic addictions

Pour moi, il s’est produit dans des circonstances assez dramatiques, puisque ça a été au cours d’une cérémonie des vœux dans un grand groupe de BTP, où je me suis effondrée ivre morte. Là, c’est ce qu’on appelle toucher le fond et ce moment dramatique, finalement, m’a sauvée puisque c’est à partir de ce moment que j’ai vraiment enclenché un parcours de soins. »

Le jour de cette prise de conscience remonte au 24 janvier 2009. Depuis, Laurence Cottet fait face à son problème. Aujourd’hui, elle est abstinente depuis 11 ans.

Pas toujours facile d’aborder le sujet des addictions avec un collègue.

Son message, très incarné, fait mouche lors des ateliers. « Je veux faire comprendre aux chefs d’entreprises, à travers mon histoire, que ça peut arriver à n’importe qui, y compris à eux. » Dépasser la honte, rester dans la bienveillance, sans stigmatiser… Autant d’axes de progression que les dirigeants sont amenés à mieux appréhender. Le cadre légal dans lequel agir est également détaillé.

L’agence de communication et de conseil Graphito Prévention est en charge de la formation de Déclic Addictions pour les autres publics, non-dirigeants. Cette partie de l’action a été scindée en deux modules, « Salariés » et « Préventeurs-Managers », l’échelon intermédiaire de la hiérarchie en entreprise.

« Donner les clefs pour réagir face à un collègue en souffrance »

Fabrice REBOULLET, CEO de Graphito Prévention

« Les rôles et les responsabilités des deux publics dans l’entreprise sont différents, justifie Fabrice Reboullet, CEO de Graphito Prévention. Pour les salariés, nous proposons de les aider à détecter un comportement addictif d’abord. Ensuite, nous leur donnons des clés pour réagir face à un collègue dans la souffrance car il n’est pas facile d’entamer le dialogue dans ce genre de situation. »

Pour les préventeurs-managers, le module a pour objectif de mieux détecter dans l’entreprise les personnes qui ont un comportement d’addiction. Souvent, en voulant protéger, on n’agit pas et cela ne fait qu’aggraver la situation. Nous leur donnons des outils pour mieux accompagner les salariés et leur permettre d’apporter une réaction proportionnée à la problématique. »

Ces moments d’information, mais aussi d’échange, reposent sur le principe de la pédagogie active. On n’assomme pas les participants avec un « savoir » encyclopédique, mais on part des expériences personnelles que chacun accepte de partager.

« Pour libérer la parole, il faut en premier aborder le sujet de façon un peu lointaine, dévoile Fabrice Reboullet en rapportant les propos-types constatés :« J’ai entendu que, on dit que… ». Par la suite, le sujet devient plus complexe et personnel afin d’amener les participants à parler de leurs expériences. »

« J’ai pu reprendre des éléments dans ma vie personnelle »

Eric QUESSANDIER, responsable régional Prévention chez Eiffage Route.

Au regard des excellents retours transmis par les personnes ayant suivi les modules, Fabrice Reboullet ne peut qu’inciter les entreprises à se saisir de la question. Pour lui, cela témoigne d’une haute qualité de management.

Laurence Cottet ne dit pas autre chose : « Nous faisons de la prévention à destination des petites et moyennes entreprises. Les grands groupes sont souvent outillés, même si certains mettent en place un beau règlement intérieur, mais ne prennent pas la précaution de veiller à ce que ce soit respecté. Beaucoup de choses restent à faire pour les TPE-PME et ces modules Déclic Addictions sont de formidables outils pour engager une démarche de prévention ! »

Bien souvent, l’apport des modules dépasse les espérances du public. Un constat que partage Eric Quessandier, responsable régional Prévention chez Eiffage Route.

Sollicité pour tester et enrichir le programme au sein d’un groupe de travail, il salue la qualité du contenu : « Au-delà du cadre professionnel, j’ai pu reprendre des éléments de la formation dans ma vie personnelle, pour en parler à des proches et de la famille. »

Publié le 22 octobre 2020

Rejoignez-nous !
Catégories : Actualités